top of page

Service S3A

Service Accompagnement Adolescent Autonomie

  • Un dispositif diversifié, modulable et adaptable à l’évolution de chaque projet individualisé.

  • Une unité de vie pour dix adolescents ou jeunes adultes.

  • Un accueil passerelle permettant de préparer et de promouvoir la future autonomie des adolescents : deux studios sur place inscrivent les jeunes en situation d’adaptation progressive à la vie sociale.

  • Des studios extérieurs permettant de poursuivre et d’intensifier l’autonomie.

  • L'alternat ou l'internat différemment :Il se veut une réponse aux sorties sèches de l'ASE. C'est un style d'intervention éducatif luttant contre la déshérence, la désaffiliation et les multiples dangers encourus lors d'une longue fugue.

S3A.jpg
_MG_1735-HDR (1).jpg

ALTERNAT : L'internat autrement

Face à la difficulté d'assurer la continuité de l'accompagnement d'un jeune lorsqu'il se trouve en fugue. Cette forme d'accompagnement "hors les murs" de la MECS permet de mettre en place ou de maintenir les soins, et de continuer à travailler le projet professionnel et d'adapter le projet individualisé. Cette démarche " d'aller vers" permet de garder le lien avec le jeune malgré le fait qu'il ne soit pas "présent" sur le groupe. Le jeune continu a disposer d'une chambre où ses affaires sont en sécurité ou il sait qu'il peut trouver "refuge". C'est dans ces moments où le jeune à le plus besoin de soutien et c'est la qu'on peut le perdre. Il est nécessaire d'aller le "chercher".

Ce dispositif vient répondre à des situations d'adolescents en fugue qui ne souhaitent plus ou n'arrive plus à s'inscrire dans une prise en charge en internat :

  • Lieu du collectif

  •  Caisse de résonance à leurs traumas

  • Espaces partagés, pas toujours respectueux de leur intimité et  besoin singulier.

Ce dispositif est envisagé sur la base :

  • du maintient d'une place sur l'internat qui permet à l'adolescent de conserver un espace privé et sécurisé qui pourra retrouver à sa convenance. d'une utilisation des réseaux sociaux pour facilité la communication en l'absence de téléphone.

  • D'une organisation de travail qui permet l'agilité et la réactivité dans les interventions.

  • De contacts ou de rencontres sur leurs lieux de transitions pour faciliter une reprise de communication, remettre en mouvement le projet, maintenir une vigilance au niveau de la santé et des soins.

  • De liens avec la famille pour partager les informations et agir dans l'intérêt de l'adolescent.

Cette pratique réside dans la capacité des professionnels à maintenir un moyen de communication, dans un cadre défini par l’adolescent en rupture mais qui favorise au fil des contacts le lien d’accroche qui va permettre des perspectives de travail partagé.

bottom of page