LES FRATRIES

L’histoire institutionnelle du rayon de soleil est intimement liée au travail auprès des familles et aux placements de fratries. Les extensions, notamment sur le groupe d’adolescents, entrainent des prises en charge de frères et sœurs sur des services différents. Aussi, si la volonté des pouvoirs publics (conf. article du code civil…) est de privilégier le placement de fratrie au RDS c’est que d’une part le travail thérapeutique et éducatif autour des entretiens familiaux est repéré voire reconnu. Et d’autre part, qu’il y a une volonté de maintenir, restaurer ou créer un lien qui permette aux enfants issus d’une même fratrie de construire un vécu commun, socle d’une solidarité future.

La fraternité n’est pas un concept inné, évident. La fraternité nécessite un apprentissage, le dépassement de tensions inhérentes à la relation frère et sœurs.

Travailler avec la fratrie n’est ce pas travailler sur les places des uns aux autres à l’intérieur du système familial mais également envisager la fratrie comme un éco-système, une micro société par laquelle les enfants construisent leur place future au sein d’un groupe? Ainsi le lien fratrie peut devenir un lieu ressource potentiel. Il s’agit de miser sur la possibilité de changement et donc d’envisager des déplacements possibles au sein de la fratrie (travail autour de la jalousie, la rivalité, la domination vers une juste responsabilité des ainés, plus de solidarité…)?

Pour ce faire, il semble opportun de réfléchir à la prise en charge des fratries comme une spécificité propre à notre maison d’enfants et de l’inclure dans une démarche globale et transversale aux différents services. En ce sens, un item apparait sur le DIPC ainsi que le projet individuel ce qui nous poussent à nous poser un panel non exhaustif de questions tel que :

Quels sont les freins fondés, matériels, imaginaires, projectifs qui nous empêcheraient de travailler en ce sens ?

Quels sont les bénéfices attendus par la mise en place d’un dispositif visant à proposer des temps de rencontres entre frères et sœurs ?

Le travail fratrie est il toujours opportun ? Dans quel cas ne pas engager ce travail ?

Quels sont les outils que nous pouvons créer en fonction des singularités, des typologies des différentes fratries (ex : fratrie clanique, position de dominant de l’ainé …) ?

Quels sont les dispositifs mis en place ou à inventer pour créer, renforcer voire ne pas détruire les liens d’attachements propres aux frères et sœurs ?

 

Mise en œuvre :

  • Evaluation 1 au moment de l’admission. Un premier repérage de la géométrie familiale par un génogramme qui va révéler les personnes ressources pour l’enfant et sa famille.

  • Durant la signature du DIPC

  • Au cours des synthèses (les éducateurs référents des différents services doivent être invités) au préalable de la mise en forme du projet  un item spécifique avec les outils et leur mis en œuvre.

 

Trois niveaux d’interventions :

 

  • Inter services : quand la fratrie est placée sur la maison d’enfants mais que les enfants relèvent de plusieurs services

  • Intra services : quand les enfants sont placés  sur le même site

  • Extra services : quand une même fratrie est placée sur différents lieux de placement, et /ou ceux encore vivant au domicile familial.

 

 

Les moyens mis en œuvre proposés à ce jour :

  • Accompagnement des fratries au sein d’un même groupe / Mise en œuvre de temps réguliers avec chaque fratries ?

  • Accompagnement des  fratries placées sur différents services ?

  • Rencontres  du mercredi ; goûter, activités ludiques, spectacles…

  • Transfert spécifique (période de vacances)

  • Entretiens familiaux et/ou fratrie.

 

 

 

Nota :

  • « L’enfant ne doit pas être séparé de ses frères et sœurs, sauf si cela n’est pas possible ou si l’intérêt commande une autre solution » loi du 30 décembre 1996

  • La loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance poursuit l’objectif de la loi de 1996 en insérant un nouvel article dans le code civil, l’article 375-7 alinéa 3 « Le lieu d’accueil de l’enfant doit être recherché dans l’intérêt de celui-ci et afin de faciliter l’exercice du droit de visite et d’hébergement par le ou les parents et le maintien de ses liens avec ses frères et sœurs. »

 

Le droit spécifique des fratries en situation de protection de l’enfance se limite à ces deux articles, qui consacrent l’importance de la fratrie, occultant le fait que l’intérêt d’un enfant peut être contraire à celui d’une fratrie mais donnant un base juridique au travail sur les fratries pour les pro

© 2017 Rayons de Soleil 11. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now